Quatre restaurants gastronomiques où déjeuner à moins de £40

Céleste restaurant déjeuner
Céleste restaurant, Lanesborough à Londres

Déjeuner gastronomique à moins de £40 dans la capitale anglaise, mission impossible ? Sauf à éplucher la carte des grands restaurants qui proposent des formules à prix imbattables. Nous avons déniché quatre tables dont, cerise sur le gâteau, les chefs sont français. Cocorico.

Le Céleste au Lanesborough Hôtel : pour toucher les étoiles à l’heure du déjeuner

Restaurant Céleste déjeuner

Le lieu : authentique mais pas vieillot. Rouvert en 2015 après une rénovation complète, l’établissement est resté dans son jus pour ne pas dénaturer l’esprit du lieu, iconique. Dans la salle du restaurant, l’incroyable toit verrière confère une somptueuse luminosité.

Le prestige des chefs : à la tête des cuisines du Céleste, Eric Frechon. A l’exécution, Florian Favario, disciple du premier, passé par le restaurant triplement étoilé Le Bristol à Paris. Au Lanesborough, le jeune cuisinier joue de ses influences françaises avec des ingrédients made in England. Les assiettes sont à l’image de la capitale anglaise : multi-culturelles, vives et excitantes.

Le prix : £39 les trois plats incluant mises en bouche, verre de champagne, café/thé et mignardises. Plus que correct pour toucher les étoiles à l’heure du déjeuner.

La position géographique : idéalement situé entre Knightsbridge, Belgravia et Hyde Park, l’hôtel The Lanesborough est au coeur de Londres. Avant de s’y rendre, on passe saluer la Reine à Buckingham. Après, on profite de l’immensité du parc voisin pour une balade digestive ou on file faire des emplettes vers la commerçante et élégante Brompton Road.

S’y rendre : Hyde Park Corner, SW1X 7TA

La Dame de Pic : plus d’un atout sur la table

La Dame de Pic déjeuner

Le prestige du lieu : La Dame de Pic est niché au 10 Trinity Square, bâtiment classé conçu en 1912 et surplombant la Tamise à Tower Hill. Endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, la prestigieuse bâtisse a été rénovée dans les années 1970 et accueille depuis les 100 chambres de luxe de l’hôtel Four Seasons.

La carte : mitonnée par Anne-Sophie Pic, seule femme chef triplement étoilée en France.

Le prestige de la cuisine : l’établissement a décroché un macaron en octobre 2017, à peine un an après son ouverture en janvier 2017. Les plats promettent alors d’être de haute voltige.

Le prix : £29 les deux plats et £39 pour trois.

La salle : banquettes en cuir, miroirs biseautés, lustres et moulures au plafond, le restaurant a des airs de brasserie française avec une touche de luxe. C’est beau mais pas guindé.

S’y rendre : Ten Trinity Square, EC3N 4AJ

L’Atelier de Joël Robuchon : le deal parfait

L'Atelier Joël Robuchon déjeuner

La cuisine ouverte : pour admirer la valse des casseroles menée par le chef exécutif Jérémy Page, il est vivement recommandé de réserver une place au comptoir. Ces fourneaux vivants confèrent en outre une convivialité indéniable au lieu.

Les intitulés de la carte : “La Betterave”, “Le Maquereau”, “La Caille”, “Le Baba”, c’est simple et facilite donc le choix pour les plus indécis.

Le prestige du chef : avec son confrère Alain Ducasse, Joël Robuchon est l’un des chefs les plus étoilés au monde. Quoi de plus excitant que de déguster à petits prix certains de ses classiques, dont sa fameuse purée de pommes de terre à la crème et au beurre, autrement appelée “embeurrée” ?

Le prix : £39 pour trois plats, incluant amuse-bouche, de l’eau plate ou pétillante, un verre de vin (rouge, blanc ou rosé), un thé ou un café, des petits fours / £29 sans les boissons.

Les horaires : de 12pm à 3pm, certes strictes – succès oblige – mais il est possible de réserver le “lunch deal” le samedi. Un bon plan pour un avant-théâtre spectaculaire pour les papilles.

Le quartier : l’Atelier est situé au cœur de Covent Garden. Idéal pour une balade digestive dans l’énergique et chic “arrondissement” des théâtres vaut le coup.

S’y rendre : 13-15 West Street, WC2H 9NE

Roux at The Landau : une histoire de famille

Roux at The Landau déjeuner

Le lieu, emprunt d’histoires : The Landau est niché dans le Langham, un hôtel bâti en 1685 et qui s’imposa comme l’un des hauts-lieux du luxe londonien. Premier établissement à s’être équipé d’ascenseurs hydrauliques, le Langham peut aussi se targuer d’avoir accueilli parmi ses hôtes Napoléon III, Oscar Wilde ou encore – cocorico -, le Général de Gaulle.

La salle de restaurant, rénovée : le restaurant a rouvert ce printemps. La majestueuse pièce ovale au style art déco accueille en son centre un comptoir curvilinéaire où crustacés et charcuterie sont proposé en entrée ou en repas léger accompagnés d’un choix de “snacks” dont la crémeuse et désormais incontournable burrata de La Latteria.

Clou du spectacle : le frigo à fromages français de chez Androuet et britanniques de chez Neal’s Yard Dairy.

La carte des vins : le menu inclut deux verres de vins pour accompagner entrée et plat mais il serait dommage de ne pas se laisser enivrer (avec modération) par l’un des 525 élixirs du monde ancien et nouveau, tous disponibles au verre.

Le prix : £25 pour deux plats, £30 pour trois, incluant petits fours et amuses-bouche, un verre de vin blanc ou rouge pour l’entrée et le plat. Eau non comprise.

La position géographique : situé à quelques pas d’Oxford Street, le restaurant est une invitation au shopping avant ou après le déjeuner.

S’y rendre : 1C Portland Place, W1B 1JA