Le travail de trois élèves du Lycée Winston Churchill envoyé dans l’espace

eleves lycee winston churchill concours agence spatiale europeenne astro pi
De gauche à droite : Selim Jerad, Timothé Menard et Farouk Morsi (Crédit : Lycée Winston Churchill)

La concurrence a été rude avec 4.702 équipes participantes à ce concours “universel”. Mais finalement, ce sont trois élèves du Lycée international Winston Churchill de Wembley qui ont été désignés comme grands gagnants mardi 11 juin. Le travail de Timothé Menard, Farouk Morsi et Selim Jerad, supervisé par leur professeur Cédric Durantin, a été applaudi par le jury de l’Astro Pi Challenge et leur travail va être envoyé dans l’espace, dans la station spatiale internationale, ISS, plus exactement. De plus, les lycéens de Première scientifique ont eu la chance d’échanger avec l’astronaute belge, Franck De Winne. Un moment inoubliable pour ces jeunes hommes qui gardent malgré tout les pieds sur Terre.

“L’an dernier, j’avais vu passer le concours, mais il était trop tard pour participer. Je me suis alors dit que s’il était renouvelé, je saisirais l’opportunité”, explique Cédric Durantin, professeur de mathématiques au sein du Lycée international Winston Churchill. Cela a donc été chose faite cette année et huit groupes de l’établissement se sont donc présentés en septembre dernier à l’Astro Pi Challenge. Ce concours, ouvert aux jeunes âgés de 12 à 19 ans et lancé par l’Agence Spatiale Européenne en collaboration avec la Fondation Raspberry Pi, consistait à concevoir et à programmer une expérience scientifique à exécuter sur un ordinateur Astro Pi, présenté sous la forme d’une petite boîte.

concours astro pi lycee winstion churchill agence spatiale europeenne
Crédit : Lycée Winston Churchill

Sur la ligne de départ, huit équipes donc qui devaient pour la première étape soumettre leur idée d’expérimentation. Deux d’entre elles, dont celle de Timothé Menard, Farouk Morsi et Selim Jerad (amis depuis la Seconde), a ainsi été sélectionnée pour participer à l’étape suivante, leur programme a ensuite été envoyé dans la navette spatiale, où il a été ausculté pendant trois heures par les astronautes. L’Agence Spatiale Européenne a ensuite renvoyé les données aux équipes, qui ont dû en extraire un rapport scientifique. Le travail aura pris de septembre à fin mai. “Le plus dur a été de trouver une bonne idée”, expliquent en chœur Timothé Menard, Farouk Morsi et Selim Jerad. Les lycéens retiendront finalement celle de l’étude des mouvements de la station internationale. “On a pris en compte les accélérations, la température, la pression, les angles du gyroscope, avec comme objectif de déterminer comment la station bouge dans l’espace”, expliquent les jeunes hommes.

Les pieds sur Terre et la tête dans les étoiles

Grâce au savoir-faire de chacun – Timothé Ménard ayant par exemple des connaissances dans le codage qu’il a appris tout seul dès l’âge de 12 ans -, ils ont pu se lancer dans leur étude. “Cela nous a permis de recréer les mouvements de l’ISS et de les formaliser sous forme d’images”, complètent les élèves. Un travail minutieux qui leur a donc valu les honneurs du jury de l’Astro Pi Challenge. “Ce concours n’était pas quelque chose de vertical, tout le monde était sur le même pied d’égalité, je les ai guidés du mieux que je pouvais avec ma propre expérience des concours”, confie Cédric Durantin, qui n’est pas peu fier de ses élèves, qu’il suit depuis la classe de seconde. “Je n’ai jamais douté de leurs capacités, et maintenant tout le monde s’en rend compte”. C’est lui qui a reçu le mail mardi 11 juin et qui les a alerté par… Snapchat. “J’étais très heureux pour eux”. Surtout quand on sait que 4.702 équipes venues de 24 pays participaient. L’issue de ce concours est aussi synonyme de grande fierté pour le Lycée international Winston Churchill. “Deux de nos équipes ont été sélectionnées et l’une est la grande gagnante. C’est un bel événement tant pour eux que pour nous”, explique l’établissement.

eleves winston churchill professeur maths astro pi
Avec leur professeur de mathématiques, Cédric Durantin (Crédit : Lycée Winston Churchill)

Outre le fait que leur travail a été envoyé dans la station spatiale, Timothé Menard, Farouk Morsi et Selim Jerad auront eu la chance de s’entretenir avec l’astronaute belge Franck De Winne. “On s’est concerté pour les questions et on a décidé de lui demander s’il était possible d’envisager un voyage sur Mars, ses conseils pour devenir astronaute et comment atteindre son but ou encore ce qui l’avait marqué la première fois qu’il est allé dans l’espace”, confient les trois lycéens, qui se voient bien eux aussi aller explorer l’infiniment grand, après avoir intégré des prestigieuses universités comme l’Imperial College, Cambridge ou Stanford aux Etats-Unis.

Farouk Morsi rêve par exemple de devenir ingénieur spatial et se verrait même quitter la Terre, pour vivre “une expérience magnifique et inoubliable”. Timothé Menard lui aussi aimerait rejoindre l’espace mais pour aller sur Mars et pourquoi pas “y travailler quelques années”. Quant à Selim Jerard, ce projet lui a plu car il rassemblait ses deux passions : l’espace et l’informatique. D’ailleurs, il se dirigerait davantage sur des recherches sur l’impact de l’intelligence artificielle sur le futur. Les résultats de ce concours augurent en tous les cas un bel avenir à ces trois jeunes hommes. Et comme le disait si bien Oscar Wilde : “Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles”.