Guide des tables : Le Merlin réconcilie les Anglais et les Bretons autour de la crêpe

Le Merlin crepes
Crédits : Le Merlin

Caché au nord-est de Londres près de Hackney Central, la crêperie Le Merlin se veut être un pont entre la Grande-Bretagne et la Bretagne, à l’image de Merlin l’Enchanteur. À sa tête, on y retrouve Antoine Minvielle, qui habite à Londres depuis 20 ans. Il a travaillé dans plusieurs établissements culinaires londoniens avant de se former comme crêpier en Bretagne et d’ouvrir son propre restaurant au cœur de Hackney. Car oui, loin des restaurants tendance du centre de la capitale, Le Merlin est avant tout un petit bout de paradis excentré où Français et locaux se mêlent volontiers. Évidemment, cet esprit se retrouve dans l’assiette.

Avec douze employé(e)s dont 3 chefs et une trentaine de couverts, l’endroit donne l’impression qu’on se trouve dans un petit restaurant familial. Toute la décoration et les structures ont été réalisées par Antoine Minvielle et ses amis, cultivant ainsi cet esprit solidaire si cher à l’équipe. Le Merlin prête également ses murs à des artistes locaux, et est en collaboration avec un illustrateur français qui fabrique des t-shirts. Pour pousser l’authenticité plus loin, tous les produits utilisés sont d’exportation française.

le merlin terasse
Crédits : Elisa Delobelle

A la carte : Ici, le menu est divisé en deux parties. D’un côté, les galettes, entre £8 et £10, avec des combinaisons classiques comme la complète avec du jambon, du gruyère, de l’emmental et un oeuf au plat, ou encore le combo gagnant chèvre, miel, noix et roquette. Les amoureux de viande seront servis avec des galettes à la saucisse de Toulouse, au jambon de Bayonne, au confit de canard ou encore à l’andouille de Guémené. Les options végétariennes sont aussi nombreuses et alléchantes, avec une mention spéciale pour celle à l’aubergine et à la poire. A noter que les végans ne sont pas en reste.

Du côté des crêpes, là aussi on retrouve des grands classiques. Mais le gros bonus, ce sont les préparations, qui sont toutes faites maison, dont notamment la sauce au chocolat, la chantilly et le caramel au beurre salé, dont on peut même emporter un pot pour chez soi. Pour les boissons, il y en a pour tous les goûts, avec du café, du thé, des jus et des sodas, et évidemment de la bière (le seul produit anglais) ainsi qu’une sélection de vins et de cidres bretons. Pour les habitués ou les Anglais de passage, le “lunch offer” propose une galette complète et un café ou un thé pour £8,50, parfait pour un déjeuner rapide !

Suivant les saisons, Le Merlin propose une galette et une crêpe spéciale chaque semaine. Lors de notre passage, ce fut galette de tomate, croûtons, roquette, chèvre et crème balsamique, et une crêpe nommée “Marius” pour fêter la naissance du neveu d’Antoine Minvielle (on vous avait dit que c’était familial !) avec des fraises, de la sauce au chocolat, des spéculoos et de la chantilly.

le merlin galettes
Crédits : Elisa Delobelle

Le must-eat : La complète, ça va de soi. Le best-seller de la maison n’a rien à envier à ses compatriotes, avec son fromage fondant et sa galette de sarrasin légère et croustillante à souhait. Pour une galette plus légère mais tout aussi bonne, on vous recommande celle au Portobello mushroom et son beurre à l’ail qui vient relever le goût du sarrasin. Les galettes arrivent chaudes, et on les finit tellement vite qu’elles n’ont même pas le temps de refroidir. Elles sont aussi accompagnées de quelques feuilles de salade avec un peu de vinaigrette, une petite pause pour les papilles pour ensuite replonger dans sa galette.

Pour les crêpes, la Marius vous enchantera. La combinaison fraises et sauce chocolat est un combo gagnant à tous les coups, surtout avec des préparations faites maison. La crêpe à la crème de citron et aux amandes est aussi un choix judicieux si vous voulez un dessert léger et frais.

Le must-drink : Ce serait une erreur que de ne pas prendre de cidre. Les trois bouteilles proposées, du plus brut au plus doux, sont directement importées de Bretagne. Pour ceux ou celles qui ne s’y connaissent pas trop, on vous conseille le Bout de Cidre de Rhuys Brut, un bon compromis qui n’alourdira pas votre repas. En plus, il est servi dans des bolées typiques.

le merlin devanture
Crédits : Le Merlin

On peut faire l’impasse : Même si les entrées ont l’air bonnes, le combo galette et crêpe se suffit à lui-même et n’est pas trop lourd, rajouter une entrée ne paraît alors pas judicieux. D’autant plus qu’on vous déconseille de faire l’impasse sur les galettes et les crêpes !

On y va : À midi pour côtoyer les locaux ou prendre un déjeuner rapide, le soir pour un dîner en tête-à-tête et le week-end pour un grand repas de famille dans l’arrière-cour cosy ! Le quartier étant principalement résidentiel, donc très calme, c’est un petit bout de paradis parfait pour fuir le brouhaha du centre.

Le + : Le service et l’équipe jeune, ainsi que la décoration qui change au gré des artistes que Le Merlin accueille sur ses murs. L’ambiance est véritablement familiale, et on s’y sentirait presque comme chez soi.

La note de French Morning London : 5/5