Combien ça coûte de se déplacer à Londres ?

Métro londonien
Crédit : New York Habitat

Visiteur de passage ou bien Londonien de longue date, vous avez sans doute fait ce constat : se déplacer à Londres coûte cher. Pas de fatalisme pour autant, avec une offre de transport en constante augmentation, tout le monde y trouvera son compte. Après tout, dans les transports comme dans la vie, tout est une question de temps.

En classe business

Comme dans toutes les grandes villes, une traversée de Londres peut sembler le bout du monde. Si d’aventure vous êtes du genre pressé.e, faites tout simplement un signe de la main et embarquez confortablement à bord d’un black cab. Icône de la carte postale londonienne, les taxis ont l’avantage de proposer six places et ce, sans réservation. Pour maximiser vos chances, vous pouvez cependant vous rendre à l’une des stations disposées dans les hauts-lieux du centre-ville comme, à St Pancras ou à Piccadilly Circus. Il ne vous reste alors plus qu’à profiter de la vue unique offerte par le toit panoramique des black cab dernière génération. C’est enfin une solution idéale pour se déplacer simplement avec son fauteuil roulant puisque la plupart des taxis sont équipés en conséquence.

Côté budget, tout dépend des conditions de circulation, de l’heure et du jour auquel vous souhaitez voyager. Un trajet de quatre miles (6,5 km environ) vous coûtera, par exemple, entre £16 et £23 en journée (de 5 am à 8 pm) contre £18 à £28 au creux de la nuit. Pas de panique toutefois si, lors de votre montée dans le véhicule, le taximètre indique £3, il s’agit simplement du tarif minimum légal d’une course. Les black cab constituent donc un moyen de transport plutôt onéreux, mais qui se veut instantané et personnalisé.

Taxi londonien
Crédit : markjhemmings9

Bête noire des chauffeurs de taxis, les VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur) constituent une alternative plus économique et tout aussi confortable. Tête de proue de ce marché, le géant américain Uber (il existe aussi Kapten, société française installée à Londres depuis mai 2019) est très fortement implanté dans la capitale anglaise et dans les principales villes du pays. Avant toute chose, il vous faudra télécharger l’application mobile et créer un compte. Vous aurez ensuite la possibilité de commander un véhicule à l’adresse et à l’heure de votre choix. Tout se passe en ligne, y compris le paiement, ce qui simplifie bien la vie. Avec ce service, il vous faudra débourser entre £11 et £15 pour quatre miles parcourus. Ces prix sont d’ailleurs identiques si vous commandez un Uber Access permettant d’accueillir un fauteuil roulant. Attention cependant, Uber se réserve le droit de monter ses prix lorsque la demande est importante…

C’est encore trop, alors pourquoi ne pas partager votre course avec un ou une inconnue effectuant sensiblement le même trajet que vous ? Telle est l’idée à l’origine d’Uber pool. Cette fonctionnalité vous permet ainsi de diviser la note en deux, à moindres efforts. Pour éviter les détours, l’application pourra éventuellement vous demander de marcher quelques mètres afin de retrouver votre acolyte de voyage.

En classe éco

Pour traverser Londres en un temps record, rien de mieux que le métro. Or, il a beau être “éco”, il n’en demeure pas moins onéreux. Oubliez donc les tickets à l’unité vendus £4.90 et optez pour la Oyster card. Avec cette carte sans contact, vous pouvez au choix payer selon votre consommation (avec un plafond journalier de £7 en zones 1 et 2) ou bien prendre un abonnement Travelcard à la semaine ou au mois. Comptez respectivement £35.10 et £134.80 pour profiter en illimité de tous les transports en commun londoniens. Bien pratique les vendredis et samedis soirs puisque plusieurs lignes de métro restent ouvertes en continu. Seul bémol, l’accessibilité, qui reste franchement à désirer dans les métros.

Lime et Jump

Si d’une pierre deux coups, vous voulez aussi être éco-logique, les vélos en free floating vous sont destinés. Depuis le début de l’année, Lime et Jump (filiale d’Uber) se tirent la bourre sur le marché du vélo à assistance électrique. Difficile d’ailleurs de les départager tant leur offre et leur public est similaire. Dans les deux cas, il vous faudra être inscrit.e sur l’application mobile dédiée pour pouvoir visualiser la carte des vélos disponibles. Pour en déverrouiller un, il vous suffit de scanner son QR code et le tour est joué. Il ne vous reste plus qu’à vous installer, rouler et à déposer le vélo où bon vous semble. Néanmoins, l’implantation de ces services étant très récente dans la capitale anglaise, le périmètre de circulation des vélos se cantonne à quelques quartiers du centre-ville, mais il devrait rapidement s’agrandir vers la périphérie.

C’est finalement le prix qui départage les deux concurrents. En enfourchant un des vélos verts de la marque Lime, vous devrez d’abord vous acquitter d’un pound pour avoir déverrouillé le vélo, puis du coût d’utilisation à la minute de £0.15, soit un total de £10 pounds pour un trajet d’une heure. Du côté des vélos rouges de Jump, vous retrouverez également le pound de déverrouillage, mais vous bénéficierez ensuite de cinq minutes gratuites, suivies d’un coût à la minute de £0.12, soit un total de £8.20 de l’heure.

A en croire nos confrères du Evening Standard, les vélos Jump se distinguent, outre leur prix, par leur vitesse (environ 24 km/h) ainsi que par leurs équipements (3 vitesses contre une vitesse unique chez Lime, etc) et les fonctionnalités de l’application, comme la possibilité de réserver un vélo 15 minutes à l’avance.

En low cost

Vous en voulez toujours plus ? No problem, plusieurs solutions existent pour voyager à (vraiment) pas cher. Tout d’abord, vous pouvez opter pour le tout-bus. Leur tarif unique de £1.50 permet en effet de voyager dans tous le Grand Londres puisque les bus sont dézonés. Ce prix comprend également la possibilité d’effectuer une correspondance avec un autre bus ou bien un tramway, dans l’heure suivant la première validation. Là encore votre Oyster card vous sera d’une grande utilité avec son plafond journalier de £4.50 permettant de voyager gratuitement sur les 400 lignes du réseau et ce, jusqu’à 4:29 am le lendemain matin. Si finalement vous êtes mordu.e, vous pourrez choisir le Pass 7 jours à £21.20. Une véritable solution du quotidien pour les personnes à mobilité réduite, puisque la quasi-totalité des bus sont équipés pour accueillir un fauteuil roulant.

Santander cycles
Crédit : Benjamin Johnson

Si finalement vous souhaitez vous déplacer tout en brûlant des calories, les Santander cycles (équivalant du Vélib’) sont faits pour vous. Depuis son lancement en 2010, le système s’est étoffé de quelques 8.300 vélos et 570 stations installées en centre-ville mais également dans les zones plus périphériques. La principale contrainte de ce système est évidemment sa rigidité puisque vous devrez vous rendre à une station pour y retirer-déposer votre vélo. Inconvénient vite oublié au vu de son prix, littéralement imbattable. £2 seulement vous seront demandés lors de votre utilisation journalière. Ensuite vous pourrez effectuer gratuitement autant de trajets que vous le souhaitez dans une limite de 30 minutes. Au-delà de ce temps réglementaire, vous devrez de nouveau vous acquittez de £2 par demi-heure supplémentaire.

Une fois conquis.e, vous n’aurez plus qu’à vous abonner. À £90 l’année (soit £0.25 par jour), votre budget transport devrait s’alléger significativement… D’autant plus si vous êtes étudiant.e à Londres puisque vous pourrez bénéficier d’une ristourne de 25%, alors à vos marques, prêts, roulez !

En mode débrouille

Pour vous déplacer gratuitement et profitez de la beauté de Londres et son climat so British, chaussez vos tennis et en avant !