Traverser la rue à Londres : mode d’emploi

Après avoir appuyé sur le bouton dans la boite jaune, le feu passe au vert pour permettre la traversée des piétons

Londres est une ville effervescente où les flux de voitures et de piétons ne s’arrêtent jamais. En arrivant sur place, le sens inversé du trafic désarçonne. Il faut déjà comprendre de quel côté regarder avant de traverser, mais il faut aussi identifier les différentes signalisations. Au Royaume-Uni, le piéton n’est pas toujours prioritaire comme en France, cela dépendant de la signalisation. Pas d’inquiétude, après avoir lu cet article, vous traverserez comme un vrai “British”.

Selon le code de la route britannique, on peut ainsi répertorier trois situations quand on traverse une route : le “zebra crossing” – similaire à ce qu’on trouve en France – où le piéton est prioritaire sur cette zone; le passage avec un feu de signalisation pour les piétons; les autres zones sans marquage spécifique où le piéton n’est jamais prioritaire.

Le zebra crossing, le piéton d’abord

Le zebra crossing donne la priorité aux piétons pour traverser

Facilement repérable avec ses bandes blanches et ses poteaux lumineux noirs et blancs, le zebra crossing permet aux piétons de traverser facilement. Une fois que l’on s’engage sur le passage, les voitures s’arrêtent (du moins doivent s’arrêter) rapidement pour une traversée en toute sécurité.

Les feux de signalisation pour piétons

Il y a trois types de feux pour piétons et ils ont tous des noms d’oiseaux. Les Britanniques ont décidément beaucoup d’humour même pour les sujets sérieux. Le principe est simple et similaire pour les trois : appuyer sur un bouton, attendre que le feu passe au vert et traverser.

Pour le Pelican crossing  (acronyme pour pedestrian light controlled), le bonhomme vert clignote juste avant de passer au rouge. Si vous êtes en train de finir votre traversée, les voitures attendent tranquillement, sinon il ne faut rester sur le trottoir, vous n’êtes plus prioritaire.

Après avoir appuyé sur le bouton dans la boite jaune, le feu passe au vert pour permettre la traversée des piétons

Pour le Puffin crossing (acronyme pour pedestrian user friendly intelligent), il n’y a pas de clignotement et le feu piéton est de votre côté de la route et pas en face. Certains capteurs permettent même de réguler le feu selon votre vitesse de marche.

Enfin, pour le dernier nom d’oiseau, le Toucan crossing (acronyme pour two-can cross). Il permet aux cyclistes de traverser avec les piétons. Vous verrez ainsi un bonhomme mais aussi un vélo s’allumer en vert pour aller de l’autre côté de la route.

Pas de marquage spécifique, pas de priorité

Une traversée en deux temps où le piéton n’est pas prioritaire

Après les noms de zèbres et d’oiseaux, il reste le néant. L’absence totale de marquage au sol ou de feu. Il faut alors bien regarder à droite d’abord (les Britanniques roulent à gauche) puis à gauche et encore à droite.

En cas de doute et ainsi éviter les accidents, toutes les règles de bonne conduite du piéton sont compilées dans le Green Cross Code. Rien de transcendant, juste du bon sens : bien regarder la route, attendre, éviter de traverser derrière des voitures garées… Dans ce cas de figure, à Londres, il faut parfois s’armer de patience pour parvenir à atteindre le trottoir d’en face… ou avoir le goût du risque.