madamePee marque son territoire au Royaume-Uni

madamePee nathalie des isnards toilettes feminines
Nathalie des Inards, la fondatrice de madamePee

En quelques mois, madamePee a conquis la France. Ses urinoires féminines (oui oui, vous avez bien lu) ont été installées dans plus d’une quinzaine d’événements français au cours de l’année 2019 et où près de 100 000 femmes ont pu les tester. Un vrai succès, qui selon la créatrice du concept, répond à de vrais besoins. Toujours dans l’objectif de faire de ces toilettes nouvelle génération pour les femmes le standard dans les plus grandes manifestations, Nathalie des Isnards s’attaque maintenant au Royaume-Uni, terre européenne des plus grandes manifestations extérieures. 

Un déploiement en Grande-Bretagne dès 2020

C’est dans le Berkshire mi-octobre lors du Showman’s Show, plus grande exposition pour les professionnels de l’événementiel depuis 1985, que madamePee est venue présenter les premières toilettes urinoires 100% féminine. “On est venu y rencontrer des potentiels futurs clients”, explique Nathalie des Isnards, qui se dit déjà ravie des premiers retours très positifs. “On a vu plus que de la curiosité de la part des prospects”, certifie la Française, “il y a eu un vrai intérêt marqué avec des débuts de discussion”.

Ce qui lui fait dire que son objectif de déployer son innovation dès 2020, via un partenaire loueurs de toilettes, sera tenu. “Le Royaume-Uni est l’un des pays européens qui accueille les plus grands festivals dans compter les événements outdoors festifs, comme des courses à pied. On sait qu’il y a donc des besoins réels, comme c’est le cas en France”. Dans son pays natal, ses urinoires féminines ont déjà connu un grand succès depuis leur lancement en 2019. 

Le principe de madamePee est assez simple sur le papier : les usagères entrent par une porte battante, ce qui leur permet de ne pas toucher de poignée, et pour fermer le loquet, elles peuvent utiliser leur coude. Un crochet pour le sac ou le manteau est collé derrière pour pouvoir être libre de ses mouvements. La plupart des femmes urinant en position semi-assise dans les toilettes publiques, Nathalie des Isnards a alors créé une cuvette en forme de bec avec des bords biseautés et une grille anti-splash afin d’éviter les projections.

Le papier toilette est à portée de main et il se jette dans une poubelle située derrière la cuvette, et dont le contenu n’est donc pas visible. Pas besoin de tirer de chasse d’eau – ce qui permet une économie d’eau de 6 à 9 litres par pipi -, l’usagère n’a plus qu’à reprendre ses affaires et sortir sans avoir rien touché avec les mains. “J’ai conçu ces toilettes pour répondre non seulement à des besoins de rapidité”, confirme la cheffe d’entreprise, “mais aussi d’hygiène et d’ergonomie, tout en respectant l’intimité. Ces urinoires ont été étudiées pour que les femmes se sentent ainsi en complète sécurité”. 

madamePee we love green paris
Les urinaires féminines de madamePee avaient été installées pendant le festival estival parisien We Love Green

Combattre l’inégalité homme-femme

Pour ce faire, Nathalie des Isnards s’est entouré de spécialiste : ergonome, psychologue et sociologue. Mais surtout, elle a travaillé avec des panels d’utlisatrices pour valider chaque élément du design. “Dès le départ, l’objectif était de répondre aux besoins des femmes âgées de 7 à 77 ans, car ces toilettes ne sont pas destinés qu’à des jeunes festivalières, mais à madame tout le monde”.

L’idée de madamePee lui est venue à l’été 2015. “J’étais à Rock en Seine pour le concert de Fauve, un groupe de musique que j’adore. Avant le début du spectacle, j’ai eu envie d’aller aux toilettes, mais à cause de l’attente, j’ai loupé les 40 premières minutes”. Ce qui n’a pas été le cas pour ses amis masculins. “Savez-vous que le ratio du temps d’attente entre les hommes et les femmes est de 1 à 36 en Europe ? Ce n’est pas normal ! A chaque fois, c’est l’enfer pour les femmes, c’est insupportable”. La Française, qui travaillait alors dans le domaine des ressources humaines, s’intéresse de près à ce problème. Elle fait des recherches et commence à plancher sur un concept de toilettes rapides.

Il lui faudra deux ans de travail pour créer son urinoire féminine, terme qu’elle a même déposé. Le produit est lancé à l’automne 2018 et tout s’enchaîne ensuite très vite. Les loueurs de toilettes pour les grandes manifestations extérieures sont rapidement séduits. En 2019, les toilettes nouvelle génération de Nathalie des Isnards sont installées un peu partout lors d’événements outdoor. Le succès est là : plus de 100.000 femmes utiliseront madamePee sur une quinzaine d’événements. “Dès le départ, mon objectif était d’en faire un standard, c’est pour cela que notre travail continue, on recueille toutes les observations des usagères, on analyse leurs comportements pour optimiser le produit ou faire des recommandations d’implantations”.  

L’entreprise, basée à Paris, compte aujourd’hui 5 salariés. Pour le moment, la Française n’envisage pas d’ouvrir un bureau à Londres, mais n’en écarte pas non plus l’idée. “La satisfaction des femmes est au cœur du produit. C’est pourquoi on continue d’avoir une proximité forte avec elles. Ce qui est sûr c’est qu’à chaque manifestation en Angleterre où nos urinoires seront implantées, une personne de madamePee viendra sur place pour voir comment cela se passe”.