Documents d’identité : un élu dénonce “une inégalité de traitement” entre les Français du Royaume-Uni

consulat demande passeport ecosse londres
Crédit : Pixabay

“On se sent vraiment laissés pour compte”, résume le conseiller consulaire Christian Albuisson encore en colère suite au “fiasco de la dernière tournée consulaire” à Edimbourg en octobre dernier. Une tournée normalement organisée pour permettre aux Français vivant dans le nord du Royaume-Uni de faire leur dépôt de demande de documents administratifs. Mais elle n’a pas pu être totalement assurée car “la machine était en panne”. De quoi laisser sur le carreau de nombreux ressortissants, qui devront attendre la prochaine tournée pour faire leurs démarches. “Il y a vraiment une inégalité de traitement entre les Français de Londres et ceux du reste du Royaume-Uni”, accuse Christian Albuisson. 

Huit heures de train et des centaines de livres pour faire une demande

En effet, depuis juin 2016, le consulat général de France à Edimbourg est devenu un poste à gestion simplifiée et donc ne gère plus la délivrance des visas, passeports ou autres cartes d’identité. Tout a été ainsi centralisé à Londres. Ce qui pose problème aux Français installés loin de la capitale anglaise, et particulièrement dans le nord de l’île. Le député Alexandre Holroyd, alors fraîchement élu en juin 2017, avait déjà alerté le gouvernement sur le sujet. “Il est dommage qu’une région qui compte tant de Français, résidents permanents, temporaires ou en vacances, ainsi que des entreprises françaises de niveau international, ne puisse fournir de services consulaires de ce type, d’autant que ce poste sera clôturé à la fin de l’année 2017”, avait-il expliqué au ministre des Affaires étrangères et de l’Europe en octobre 2017. En réponse, le gouvernement avait expliqué qu’il n’était “pas anormal pour un usager, une fois tous les 10 ou 15 ans, de consentir un déplacement à une distance qui reste raisonnable, en l’occurrence entre Edimbourg et Londres, pour accomplir quelques formalités essentielles qui n’auraient pas pu être traitées localement”.

Mais l’incident d’octobre dernier a poussé Christian Albuisson a alerté à nouveau les services de l’ambassade lors d’une réunion annuelle des consuls honoraires et conseillers consulaires fin novembre dernier. “En fait, je râle à toutes les réunions car c’est un vrai problème pour les Français qui doivent maintenant aller à Londres pour faire leur demande de documents d’identité”, explique le membre de la liste Avec vous en Ecosse. Compliqué, car rappelle-t-il, Edimbourg se situe à plus de quatre heures de train de la capitale anglaise. “Cela veut dire qu’on doit faire un voyage de neuf heures – quand il n’y a pas de retard – pour déposer une simple demande de passeport ou de carte d’identité”, s’agace le Français. Si on compte une nuit d’hôtel à Londres, “cela peut monter à des centaines de livres” en termes de coût. “Imaginez combien pourrait coûter pour une famille ! Encore faut-il aussi que les dates d’expiration des passeports soient les mêmes, en sachant que la durée de validité de ceux des enfants est de cinq ans contre dix pour les adultes”. 

Une nouvelle tournée consulaire programmée

C’est donc une vraie “inégalité de traitement” entre les ressortissants français, selon Christian Albuisson. “Il n’y a que deux employés pour assurer la tournée dans plusieurs villes”, trop peu pour assurer le millier de demandes annuel. “Il faut vraiment qu’une solution soit trouvée, car ce problème ne concerne pas que les Français d’Ecosse, mais tous ceux du nord du pays”, souligne-t-il, “le Royaume-Uni a une géographie difficile. Les ressortissants habitants à Inverness sont par exemple à trois heures d’Edimbourg, ce qui leur complique encore plus la tâche”. Il espère que le gouvernement français prendra rapidement des mesures, “surtout qu’on a besoin d’un passeport pour faire sa demande de settled status”. 

S’il rappelle que deux tournées consulaires ont bien été organisées en 2018 et 2019 en Ecosse, le consulat général de Londres reconnaît que l’incident d’octobre dernier a “empêché nos agents consulaires d’honorer une partie des rendez-vous pris”, mais promet la mise en place d'”un équipement plus performant” pour la prochaine tournée, prévue lundi 17 et mardi 18 février prochains. Les intéressés doivent cependant prendre rendez-vous par email avant mercredi 29 janvier minuit. Priorité sera également donnée “aux personnes rencontrant des difficultés à se déplacer et/ou dont la pièce d’identité a expiré (ou expirera dans les 6 prochains mois)”, rappelle le consulat. 

Depuis le référendum sur le Brexit, le consulat général admet que ses services sont de plus en plus engorgés. Le gouvernement avait ainsi été interpellé sur cette problématique et lors de son déplacement en octobre dernier, le secrétaire d’Etat délégué auprès du ministre des Affaires étrangères avait annoncé un renforcement des équipes à Londres. Mais rien concernant celles des tournées consulaires. “Le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères se tient prêt à nous appuyer de nouveau si nécessaire”, rétorque le consulat général, rappelant que les Français peuvent recevoir leur passeport à domicile pour leur éviter un trajet supplémentaire pour le récupérer à Londres.