Un chauffeur de bus londonien lance une cagnotte en soutien à la famille de Philippe Monguillot

philippe monguillot cagnotte chauffeur bus londres

Quand Rafael (*) a appris le 10 juillet dernier la mort de Philippe Monguillot, chauffeur de bus à Bayonne décédé suite à l’agression de passagers qui refusaient de porter un masque, le Britannique a décidé de lancer une cagnotte pour aider la famille du Français à faire face aux frais des funérailles. “Je n’ai pas personnellement connu monsieur Monguillot, mais je suis également chauffeur de bus. Chaque jour, quelque 200 chauffeurs londoniens subissent une forme d’abus de la part des passagers”, explique le jeune homme, qui confesse avoir lui même été victime d’agressions.

Roué de coups pour avoir demandé à des usagers de porter un masque

“Cette mort tragique frappe d’autant plus que Phillipe Monguillot ne faisait que son devoir, essayant de se conformer aux lois locales et faire son travail correctement pour la sécurité de ses passagers”, ajoute Rafael. Le 5 juillet dernier, le chauffeur de bus bayonnais est de service. Il souhaite contrôler le billet d’un passager et demande à trois autres de mettre leur masque pour pouvoir monter. Il est alors roué de coups. L’agression est telle que ce père de famille de 59 ans finit dans le coma et décède cinq jours plus tard à l’hôpital. Face à ce drame, Rafael souhaitait ainsi exprimer sa solidarité à la famille du Français. C’est ainsi que le Londonien lance le 12 juillet une cagnotte sur Go Fund Me. En à peine deux semaines, £1.000 sont collectés.

Véronique Monguillot en appris l’existence de cette collecte par les médias. “France Télévision m’a contactée samedi (1er août, ndlr) pour avoir ma réaction”, raconte l’épouse du chauffeur de bus qui s’est dite extrêmement touchée par ce geste. “C’est hallucinant”, lance-t-elle, “quand mon époux a été assassiné, je savais que nous aurions un soutien des gens de Bayonne car c’était quelqu’un de très apprécié ici. Mais aujourd’hui je me rends compte que le soutien vient de toute la France et maintenant de l’international. C’est beau, c’est magnifique, même si cela ne me ramènera jamais mon mari”.

“Je lui ai dit à quel point j’ai été touchée”, confie l’épouse du chauffeur français

La mère de famille a pu échanger par message dimanche 2 août avec Rafael. “Je n’ai pas de mots pour décrire sa gentillesse, c’est quelqu’un de fabuleux. Il aurait pu tranquillement faire sa vie et ne pas s’intéresser à la mort de mon mari. Au contraire, il a lancé cette cagnotte. Je lui ai dit à quel point j’étais touchée”. Entendre également les mots du chauffeur de bus londonien lui a fait aussi prendre conscience que la violence dont a été victime son mari touche cette corporation dans le monde entier. “L’insécurité est mondiale, les drames sont quotidiens, mais mon époux n’a pas eu la chance de s’en sortir. Je veux crier haut et fort que cela ne peut pas continuer. Un chauffeur de bus n’est ni un agent de sécurité ni un policier. Il faut que les gouvernements de tous les pays bougent et qu’ils ne laissent pas ses chauffeurs de bus être livrés à eux-même face à cette violence quotidienne. Depuis la mort de mon mari, d’autres se sont fait agresser, cela me rend encore plus en colère”. 

La Française rappelle que le contexte de l’épidémie de coronavirus est un élément supplémentaire à prendre en compte. “Mon époux s’est fait assassiner pour avoir voulu protéger les usagers”, se désole-t-elle. Elle lance d’ailleurs un appel auprès des passagers. “Si un chauffeur vous demande de mettre votre masque, c’est parce que c’est vital. Cela ne coûte rien de l’écouter et de respecter les règles. Cela ne vaut pas un déchaînement de violences gratuites et je ne souhaite à personne de vivre ce que nous vivons actuellement mes filles et moi”.

philippe monguillot chauffeur bus cagnotte
Véronique et Philippe Monguillot

La cagnotte ouverte jusqu’à fin août

Véronique Monguillot espère un jour pouvoir rencontrer Rafael pour le remercier de vive voix. “C’est quelqu’un que je porte dorénavant dans mon cœur”, confesse-t-elle, “comme toutes celles et tous ceux en France ou ailleurs dans le monde qui nous ont manifesté leur soutien”. Des messages lui sont en effet parvenus de Tunisie, d’Espagne, du Portugal, mais aussi des Etats-Unis et du Danemark. “Cet élan de solidarité est impressionnant, j’ai envie de prendre tous ces gens dans mes bras. Je ne sais pas comment les remercier davantage, j’ai l’impression que cela a construit une grande famille pour mes filles et moi. Cela va nous aider à avancer, à avoir de la force supplémentaire”. Car un procès devrait suivre dans les prochains mois et “ce sera une autre épreuve”.

La cagnotte du chauffeur de bus londonien, initialement prévue sur deux semaines, reste finalement ouverte jusqu’à fin août. L’argent collecté sera ensuite directement remis à la famille de Philippe Monguillot.


(*) Raphael n’a pas souhaité communiquer son nom de famille