The French Corner, du bar éphémère au lieu incontournable

De g. à d. Youri Michel, Romain Ribera, Romain Dreyfus et Thibault Bouquet de Jolinière

Infos pratiques

The French Corner
42 Newington Causeway, London SE1 6DR
Site Internet
Facebook
Instagram

Le jour où on a enlevé la tente, il a fait beau“, se réjouit Romain Dreyfus, l’un des co-fondateurs de The French Corner, créé au début de l’hiver dernier. Situé à l’extérieur de la grande halle du Mercato Metropolitano à Elephant and Castle, The French Corner était un projet de quatre mois : “On voulait faire un marché de Noël et on vient de lancer la Summer Edition“, s’amuse Romain Ribera. Aux commandes du “coin français” du grand marché italien, ils sont quatre : les deux Romain donc, Thibault Bouquet de Jolinière et Youri Michel.

Summer Edition French Corner
The French Corner, Summer Edition

Quatre trentenaire liés par l’envie d’entreprendre après plusieurs années d’expériences à Londres dans le milieu de l’événementiel, de l’hôtellerie de luxe et de la restauration. Quatre profils professionnels solides mis en relation par Thibault Bouquet de Jolinière, “l’un de mes très bon ami. C’est lui qui connaissait Youri qui connaissait lui-même Romain“, précise Romain Dreyfus.

Pour se tenir informés, ils créent “WhatsApp Initiative”, un groupe sur lequel ils s’échangent des opportunités de business. “On s’envoyait des bons plans jusqu’au jour où Youri (Michel) a été contacté par le Mercato Metropolitano pour reprendre cette partie extérieure du marché. On travaillait tous à Mayfair et on avait envie de sortir de cette ambiance guindée. On voulait évoluer vers un environnement plus détendu. On a senti qu’on pourrait créer notre univers dans cet espace du marché jusqu’alors occupé par plusieurs entités“, explique Romain Ribera. “Il n’y avait pas de connexion entre les différents stands. On a pensé The French Corner comme un lieu incarné, avec une vraie identité“.

Du corner à l’espace studio

Arrivés en novembre au sein du marché, les quatre entrepreneurs s’inspirent de la saison hivernale et partent sur l’idée d’une station de ski avec foire de Noël, vin chaud et tartiflette : ils construisent un bar-chalet prolongé par des tentes où les clients peuvent déguster des produits 100 % français, installés sous des plaids et bercés par des concerts de jazz et de musique tzigane les mercredi et jeudi soirs.

Leur service cocooning et leur esprit d’initiative séduisent le Mercato Metropolitano qui leur propose dès février d’investir – en plus de leur French Corner – le premier étage d’un bâtiment situé dans l’enceinte du marché. Laissé à l’abandon, “c’était une ancienne imprimerie puis des bureaux” précise Romain Ribera, l’immense espace est le lieu idéal pour installer ce qui est désormais leur studio expérimental, The Factory 45. Un nom clin d’oeil à Andy Warhol et son studio 44, et une déco “brute” au plafond noir et sol en béton, et aux murs blancs recouverts de clichés d’un jeune photographe. Avec ses fauteuils chinés en brocante, le lieu arty est à l’image de son objectif : “devenir un espace multi tasks où la priorité est donnée à la création, au bien-être et à l’événementiel“, explique Romain Dreyfus.

Espace expérimental de création, Amalia Navarro Photography French Corner
Espace expérimental de création, Amalia Navarro Photography

Toute la semaine, The Factory 45 accueille des cours de yoga donnés par un personal trainer avec lequel ils ont créé une appli pour réserver les séances en ligne. Ce jour, une séance photo doit aussi avoir lieu dans une partie aménagée en studio. “On souhaite accueillir des artistes en devenir qui n’ont pas les moyens de se payer un espace de travail” développe Romain Ribera. “On en est encore aux prémisses mais on espère transformer l’endroit en co-working space où on organiserait aussi des talks façon TED. Et si ça prend, qu’on a de bonnes connexions avec des artistes, on se voit bien exporter The Factory 45 à Paris, Madrid, Berlin, etc…”, se projette-t-il.

Pour le moment on a mis le focus sur le bien-être… “, “et la fête“, le coupe-t-on en apercevant le bar au milieu de la pièce. “Du jeudi au samedi, The Factory 45 se transforme en bar le soir. Une partie des travaux a été financée par des sponsors d’alcool. Ils ont une exclusivité sur les boissons. Sans leur investissement dans le projet, cela aurait plus difficile“, justifie-t-il. “On garde néanmoins l’esprit découverte de jeunes talents en accueillant des DJ en devenir“, ajoute-t-il.   

Une petite entreprise qui grandit vite 

Et leur devenir à eux ? “Consolider Abel, le restaurant de tapas ouvert sous la halle du marché en avril dernier et Deja Brov, la marque de bière et brasserie lancée il y a 4 jours“, se réjouit Romain Dreyfus. The Factory 45 à peine ouverte, les projets d’expansion au sein du marché se sont enchaînés. Un stand de jus de fruits et un autre de burgers sont venus s’installer au sein de The French Corner.

Si ces échoppes ne sont pas proprement opérés par les quatre amis, ces derniers restent un soutien pour ceux qui les tiennent : “Mat est un ancien pâtissier reconverti en faiseur de burgers. On l’a accompagné sur le montage de son business“, explique Romain Ribera. Ces partenaires associés mis à part, quinze personnes sont désormais employées par The French Corner. “Au début, c’était nous quatre, aujourd’hui c’est une petite entreprise de potes qui grossit“, se réjouissent les deux Romain. The French Corner n’a pas l’intention de rester niché dans son coin, mais de continuer à prendre des parts de(s) marché(s).

Infos pratiques

The French Corner
42 Newington Causeway, London SE1 6DR
Site Internet
Facebook
Instagram