Brexit : le premier round des négociations révèle “des divergences sérieuses”

michel barnier brexit négociations
Crédit : Flickr/Toms Norde

“Le Royaume-Uni a beaucoup insisté cette semaine sur son indépendance. Mesdames et messieurs, personne, je dis bien personne, conteste son indépendance. Mais nous demandons au Royaume-Uni de respecter notre propre indépendance”. Ce sont en ces termes que Michel Barnier s’est exprimé pendant sa conférence de presse jeudi 5 mars, faisant suite au premier round des discussions sur la future relation entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne après le 31 décembre 2020.

Le négociateur en chef de l’UE a indiqué que les 11 réunions simultanées, qui se sont déroulées à Bruxelles du lundi 2 au mardi 3 mars, ont révélé “des convergences sur certains de nos objectifs”, mais “il y a au beaucoup de divergences, très sérieuses”. “Rien de plus naturel après un tout premier round de négociations”, a tenté de tempérer Michel Barnier. Parmi les points d’achoppements, la question de la pêche, qui touche principalement la France. “Un accord commercial et économique avec le Royaume-Uni devra inclure une solution équilibrée pour les deux parties”, a averti Michel Barnier.

Expliquant qu’il croit malgré tout à un accord global possible, le négociateur en chef a estimé qu’il existait “deux clés du succès” pour parvenir à cela : respecter les engagements pris dans l’accord de retrait ratifié, a-t-il rappelé, par l’Union européenne et la Grande-Bretagne, ainsi que “le respect mutuel”. “Le Royaume-Uni a beaucoup insisté cette semaine sur son indépendance, mais lui aussi doit respecter notre indépendance”, a prévenu Michel Barnier, “la question n’est pas le respect réciproque de nos indépendances, mais mais que fait-on avec nos indépendances respectives. Notre pari commun est, en tant qu’entités indépendantes, de s’accorder ensemble sur des règles qui nous permettront de coopérer, de commercer et de voyager”. 

Pour le Français, “si nous gardons ces conditions à l’esprit, de part et d’autre, tout au long des rounds qui viennent”, un accord lui semble “tout à fait possible même s’il est difficile”. Le prochain round aura lieu du mercredi 18 au vendredi 20 mars.