Brexit : “Il n’y a plus une minute à perdre”, prévient Michel Barnier

brexit michel barnier

“Il n’y a plus une minute à perdre”, voilà comment Michel Barnier a résumé la situation actuelle autour de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne (UE). Le négociateur en chef pour l’UE s’est déplacé lundi 5 février à Londres pour rencontrer, autour d’un déjeuner, David Davis, ministre britannique en charge du Brexit. “Nous voulons arriver à un accord”, a assuré le Français, “nous avons beaucoup de  travail à faire, c’est pour cela que nous avons décidé d’accélérer nos rencontres”.

Ce rendez-vous privé avec le ministre du Brexit intervient juste avant le début de la nouvelle phase de négociations. La Première ministre britannique, Theresa May, s’est également jointe aux deux hommes. Ces échanges sont les premiers depuis l’accord scellé en décembre dernier sur la première phase des négociations.

Les discussions actuelles concernent les détails de la période de transition, qui sera en place après la sortie officielle du pays de l’UE, prévue le 29 mars 2019 à 23 heures (heure de Londres). Le Royaume-Uni et l’UE ne sont pas d’accord sur les éléments contenus dans cette période de transition, qui s’étendrait du 30 mars 2019 au 31 décembre 2020. En effet, lundi 29 Janvier, l’UE avait proposé que, durant ce temps déterminé, la Grande-Bretagne se conforme aux lois européennes existantes ainsi qu’aux nouvelles votées, et ce, sans droit de regard. En réponse, le gouvernement britannique avait alors expliqué prendre “une certaine distance” avec ces exigences. 

Interrogé sur ce désaccord lors de sa venue lundi 5 février, Michel Barnier a répondu : “Bien sûr que nous devons respecter les lignes rouges exprimées par le Royaume-Uni, mais l’inverse vaut également : le Royaume-Uni doit respecter les règles de l’Union Européenne”.

Après ce déjeuner de travail, David Davis s’est exprimé via son compte Twitter, jugeant la rencontre constructive. “Nos équipes vont travailler activement pour trouver un accord sur la période de transition d’ici mars”.

Le Royaume-Uni quittera donc le marché unique et l’union douanière, a rappelé le ministre. Ce à quoi Michel Barnier a prévenu : “Si c’est le cas, la mise en place de barrières commerciales sera inévitable”. Le négociateur en chef a ajouté que le pays devait maintenant se prononcer clairement sur ses choix.

Retrouvez la dernière chronique spéciale Brexit de French Morning London x French Radio London et tous nos podcasts ici.