Perrine Rauzy et Delphine Bernede lancent “Minimales” pour un Londres “zéro déchet”

Minimales
Perrine Rauzy et Delphine Bernede

Infos pratiques

Site internet : Minimales

Perrine Rauzy et Delphine Bernede se connaissent depuis plus de trois ans. Les deux Françaises, assistantes d’éducation, sont collègues au lycée français Charles de Gaulle à South Kensington. Si le travail les a unies, ce sont surtout leurs valeurs autour du respect de l’environnement qui ont consolidé leur amitié et les ont incité à créer leur magasin en ligne “Minimales”.

La première, ancienne étudiante en histoire de l’art installée à Londres depuis quatre ans, a été élevée par des parents sensibles à la question environnementales. La seconde, qui a quitté son poste d’éducatrice spécialisée en France, a développé son intérêt pour l’environnement dès son arrivée dans la capitale anglaise il y a cinq ans.

“Avec Perrine, nous avons découvert le mouvement “zéro déchet” il y a plus d’un an maintenant et nous avons commencé à nous y intéresser et à ainsi changer nos habitudes”, commente Delphine Bernede. Mais à Londres mettre en pratique ces valeurs de respect de la nature s’est rapidement heurté à de gros obstacles. Par exemple, confient les deux amies, “il est compliqué, voire impossible de recycler ses déchets en fonction des quartiers. Et puis, peu de magasins proposent du vrac, il faut parfois en faire trois différents pour acheter selon nos principes et créer le moins de déchet possible !“.

Tendre vers le “zéro déchet”

L’idée de créer une structure autour du zéro déchet est venue assez vite dans leur réflexion. “On s’est dit que ce serait bien de faire quelque chose plutôt que d’être spectateur, qu’on pouvait nous aussi apporter notre pierre à l’édifice”, complète Perrine Rauzy.

Au départ, les deux Françaises avaient imaginé un café, mais le manque de moyens a freiné leurs ambitions. “On a alors pensé à une plateforme en ligne où les personnes pourraient trouver des objets du quotidien afin de les aider dans leur démarche zéro déchet”, confie Perrine Rauzy. Car, renchérit Delphine Bernede, “trouver ces objets du quotidien indispensables au mode de vie zéro déchet s’est également avéré plus compliqué que prévu : il fallait commander chaque objet sur des sites différents et donc multiplier les livraisons, et puis, il n’existait pas non plus à l’époque de magasins spécialisés”.

Leur plateforme, baptisée “Minimales” et lancée en novembre 2017 après six mois de travail, regroupe à la fois un blog avec des conseils et astuces mais aussi des réflexions quant à la pratique de ce mode de vie, ainsi qu’un e-shop qui regroupe une grande partie des objets du quotidien nécessaires et faciles à changer. “Notre but est d’éveiller les consciences, de faire découvrir cette philosophie au plus de gens possible, en expliquant que chaque geste compte”, avance Delphine Bernede.

Des petits gestes qui font la différence

Mais attention, prévient-elle, “loin de nous l’idée de culpabiliser les gens. Au contraire, nous avons conscience que réduire ses déchets peut s’avérer compliqué dans certaines situations et ne pas être une priorité en fonction des histoires de vie. Nous voulons simplement insister sur le fait qu’il n’y a pas de “petits gestes”, tous sont grands dans la mesure où nous sommes de plus en plus nombreux à les faire”.

Par “petits gestes”, elles entendent par exemple préférer un sac en coton qu’un sac en plastique pour ses courses, utiliser une tasse réutilisable pour prendre son café au Starbucks ou ailleurs …  Perrine Rauzy et Delphine Bernede savent aussi que le “zéro déchet” est inatteignable dans la pratique. “Que ce soit dans la fabrication d’un produit ou dans la chaîne de distribution, il y aura forcément du déchet”.

Minimales
Exemple de box proposée sur le site Minimales, avec une tasse réutilisable, une gourde et une boîte déjeuner en acier.

Pour proposer toute une gamme de produits sur leur site, les Françaises ont fait beaucoup de recherches. “On a fait la liste de tout ce qui était indispensable dans la salle de bain ou la cuisine, ou quand on sort de chez soi”, confie Perrine Rauzy. Elles sont allées frapper aux portes de fabricants pour leur soumettre l’idée d’une collaboration. “On a fait le tri et écrémé selon les prix, car le but est que ces produits restent tout de même accessibles à tous les portefeuilles”.

C’est ainsi que l’on peut se procurer des brosses à dents 100% bambou biodégradable, fabriquées dans le West Sussex ou encore du charbon en guise de dentifrice. Sans fluor, riche en minéraux essentiels comme le calcium, le potassium, le magnésium et la silice organique naturelle, il convient à tous les âges. Ou encore du shampooing en barre, fabriqué à base d’huile de ricin, des rasoirs en acier et de la mousse à raser en savon.

“Dans un avenir proche, nous souhaiterions étendre la gamme des produits que l’on propose et notre collaboration avec d’autres producteurs locaux”, confient les deux amies. Mieux encore, elles rêvent d’ouvrir leur propre magasin, où elles organiseraient “conférences, expos et ateliers “do it yourself”… Bref, un endroit de culture !”

Infos pratiques

Site internet : Minimales