The B&C, le club privé de Christine Afflelou, vise les 300 membres

b&c club privé afflelou londres
Gaëlle Rumlliy est la nouvelle associée de Christine Coulaud Afflelou.

En savoir plus

Site internet The B&C Club

Son patronyme est connu de tous les Français du monde. En effet, son mari, avec qui elle s’est installée dans la capitale anglaise depuis 2013, n’est autre qu’Alain Afflelou, opticien et chef d’entreprise qu’on ne présente plus. Cependant, Christine Afflelou a réussi depuis trois ans à se faire un nom dans le paysage londonien, grâce à son club privé, The B&C. 

Des débuts difficiles

Quand Christine Afflelou est arrivée à Londres, elle avoue que la première année d’intégration a été difficile. “A Paris, j’avais une société d’événementiel, et en arrivant ici, je manquais d’activités, de connaissances”. Mais l’ancienne patronne n’est pas du genre à se lamenter et décide de s’inspirer de son vécu et de son expérience pour créer son club privé, The B&C. “Plutôt que d’organiser des événements pour des clients, comme je le faisais en France, je me suis dit que j’allais en organiser pour moi et mon entourage”.

Tout prend forme en octobre 2015, avec la co-fondatrice de l’époque, Bénédicte de Nonneville. Dès le départ, l’idée était de proposer aux membres du club de se réunir autour de rendez-vous culturels, sportifs, internationaux ou encore liés à l’actualité. “L’objectif est que les personnes, qui partagent des centres d’intérêts communs, se rencontrent, fassent connaissance, tout en se cultivant”, détaille Christine Afflelou, qui précise que son club “est ouvert à tout le monde. Il s’adresse simplement à des gens ouverts d’esprit, cultivés, que ce soit des hommes ou des femmes. C’est plus qu’un club, c’est une communauté”.

Gaëlle Rumilly, sa nouvelle associée, confirme. “C’est un moyen de rencontrer des gens, de se faire un réseau d’amis”. Elle sait de quoi elle parle. Avant de rejoindre Christine Coulaud Affleou dans cette aventure, elle était déjà membre du club depuis quelques mois. “Cela m’a tout de suite plu car la notion d’échange a été mise au centre de concept”, complète Gaëlle Rumilly.

Déjà 120 membres

Le B&C a été officiellement lancé il y a deux ans et demi, en octobre 2015, lors de la coupe du monde de rugby à Londres. “Et depuis, on cadence nos événements selon l’actualité”, avance la fondatrice, “à raison de deux rendez-vous par semaine en moyenne”. Tous les deux mois, l’agenda est envoyé aux membres afin qu’ils puissent sélectionner ce qui les intéresse. Art, mode, littérature, gastronomie, politique, géopolitique… Il y a en a pour tous les goûts. “Chacun doit se sentir bien, le sens de la convivialité est essentielle pour nous”.

De 10 copains à sa création, le club est passé à 120 membres. L’inscription annuelle est de £800 par personne (£1200 pour un couple). Une coquette somme, reconnaît Christine Afflelou. “Nous savons que cela représente un budget, c’est pourquoi nous proposons à nos membres des remises sur de nombreux produits. Nous négocions avec des grandes marques, comme du champagne, des articles de mode, de l’hôtellerie, des fleuristes… pour qu’ils puissent profiter de prix toute l’année et ainsi faire que cet abonnement annuel soit intéressant”.

Après près de trois ans d’activité, le club fonctionne donc plutôt bien. “On a même mis en place une messagerie interne pour que les membres puissent communiquer entre eux en dehors des événements”, précise la fondatrice, qui espère voir convaincre d’autres personnes à rejoindre le B&C Club. “Nous allons continuer à proposer des rendez-vous qualitatifs. Nous aimerions atteindre les 300 membres, une taille parfaite pour conserver cet esprit intime”.

Les prochains événements programmés, avant la traditionnelle pause estivale, sont une rencontre mardi 19 juin avec un ancien de chez Prada (il a occupé diverses fonctions dans la maison de mode), Serge Carreira, puis la grande fête de l’été jeudi 28 juin.