Une hausse de 82% des demandes de settled status chez les Français

settled status mode d'emploi

“Au 31 mai 2019, 32.300 ressortissants ont demandé leur settled status”, a avancé le Consul général de France de Londres lors d’une conférence sur le Brexit, organisée mardi 2 juillet par la French Chamber of Commerce of Great Britain. C’est donc près de 6.000 de plus qu’il y a quelques semaines.

Le Home Office vient en effet de publier les derniers chiffres de demande de settled status et de pre-setteld status. Ces statuts, une fois obtenus, permettant aux ressortissants européens de pouvoir continuer à travailler, à recevoir des prestations sociales et leur retraite, à étudier et à avoir accès au système de santé, après la sortie définitive du Royaume-Uni de l’Union européenne. Au 31 mai 2019, quelque 166.900 personnes avaient fait la démarche, portant ainsi le nombre total de demandes – depuis l’ouverture du système le 30 mars dernier – à 788.200, dont 668.000 ont été acceptées, selon le Home Office. Sur ce dernier chiffre, 66% se sont vu accorder un settled status et 34% un pre-settled status.

La majorité des demandes (726.700) ont été déposées en Angleterre, 39.700 en Écosse, 11.800 au Pays de Galles et 8.700 d’Irlande du Nord. Les Polonais arrivent en tête des demandes (132.400), suivis des Roumains (110.900) puis des Italiens (91.400). Les Français sont donc loin derrière avec 32.300 demandes. Mais selon le premier comptage, ils n’étaient que 26.500, soit une hausse 82% en quelques semaines.

La ministre des Affaires européennes inquiète

De quoi peut-être rassurer la ministre des Affaires européennes, Amélie de Montchalin, qui lors de son déplacement à Londres le 11 juin dernier, s’était dit inquiète du peu de demandes exprimées chez les ressortissants français. “Seulement 20% des Français inscrits sur le registre des Français de l’étranger ont fait cette démarche qui est pourtant essentielle”, avait-t-elle analysé, “cela représente même moins de 10% des compatriotes (en sachant que certains ressortissants ont déjà la nationalité britannique, ce pourcentage est donc à prendre avec des pincettes, ndlr) car on le sait, un Français sur deux en moyenne n’est pas inscrit à ce registre ”. Or, avait-elle ajouté, “il faut que les Français prennent conscience que le settled status est la seule voie possible s’ils souhaitent rester”.

Le prochain comptage devrait être rendu public à la fin du mois d’août et interviendra après la nomination du prochain Premier ministre prévue le 24 juillet, sauf grande surprise cela devrait être Boris Johnson, qui se dit prêt à une sortie sans accord.

Une bonne nouvelle cependant pour les détenteurs d’Iphone, le gouvernement britannique vient d’annoncer le lancement d’une expérimentation de l’application “EU Exit ID Document Check” (jusque-là seulement disponible depuis les appareils pourvus du système NFC permettant de scanner la puces des passeports biométriques, ndlr) qui devrait être disponible avant la fin de l’année sur l’Apple Store.