Le Kood, l’épicerie fine en ligne qui en dit long sur le terroir français

charlotte lekood epicerie fine francaise londres

Apprendre en consommant, voilà comment Charlotte Graves espère marquer sa différence avec son épicerie fine en ligne lancée mi-novembre, Le Kood. “Ma volonté était que les consommateurs ne viennent pas seulement sur le site mettre de produits dans un panier et les payer, mais bien d’en apprendre plus sur d’où ils viennent et ainsi savoir ce qu’ils vont manger”, confirme la jeune femme de 25 ans. 

“Le concept d’épicerie fine n’existe pas au Royaume-Uni, où on n’a pas la même culture gastronomique. C’est donc cela que j’avais envie d’importer”, explique Charlotte Graves. Certes, convient-elle, certains grands magasins comme Fortnum & Mason ou Harrods proposent des produits français estampillés “épicerie fine”, mais “la plupart sont ceux que l’on peut trouver dans des supermarchés en France”. Son pari était alors de faire connaître une sélection de mets et vins régionaux que les consommateurs ne trouveraient pas ailleurs. 

confiture parisienne le kood

Une sélection moderne et des petits producteurs peu connus

Pour ce faire, la jeune femme de 25 ans a sillonné les différents salons gastronomiques sur le sol hexagonal, mais elle a également été aidée par son père. Ce dernier en connaît un rayon, puisqu’il a ouvert il y a quatre ans une épicerie fine du côté de Boulogne-Billancourt. Il a donc pu la mettre en contact avec les partenaires avec lesquels il a l’habitude de collaborer. Mais Charlotte Graves tenait à apporter sa singularité avec “une sélection plus moderne issue de producteurs trentenaires”. Par exemple, sur son site, elle met en avant des confitures réalisées par deux Parisiennes. “Ce que je souhaite c’est présenter des produits de qualité mais pas forcément connus”, commente la jeune femme. 

Depuis son lancement mi-novembre, Le Kood propose déjà un large choix : foie gras, charcuterie, rillettes, caviar, tapenades, tomates séchées, épices, huile d’olive, pâtes à tartiner, chocolats, confitures, fruits mi-cuits, et même quelques plats préparés comme la choucroute. En plus de sélectionner les produits de leur choix, les consommateurs peuvent également s’informer sur les spécialités de chaque région de France grâce à une carte interactive. Un petit plus que Charlotte Graves estimait essentiel, notamment pour ses clients britanniques friands de l’histoire gastronomique française. “Mon objectif est que les clients puissent apprendre tout en consommant. C’est important de connaître l’histoire des produits que l’on achète pour savoir ce qu’on mange”, confie la cheffe d’entreprise. 

foie gras le kood

Prochaine étape : le vin

Le terroir et sa préservation la jeune femme, qui a grandi en Provence jusqu’à son adolescence, y tient beaucoup. La Londonienne d’adoption depuis trois ans s’est même lancée dans des études d’œnotourisme, qu’elle a terminé juste avant de s’engager dans cette aventure entrepreneuriale, elle qui rêvait “d’être autonome, indépendante”. Il lui aura fallu une année pour monter son projet. “J’aurais voulu mettre Le Kood en ligne à Pâques dernier, mais il me fallait quelques mois de plus pour que tout soit prêt”, explique Charlotte Graves. C’est dans le Surrey qu’elle a décidé d’installer ses bureaux et son centre de stockage. Dans ses locaux, elle prépare, à l’aide d’une personne dédiée, les livraisons des clients et les produits sont envoyés dans des sacs en jute recyclables ou réutilisables. 

La cheffe d’entreprise souhaite continuer à développer le Le Kood avec une offre plus large de produits, dont du vin, domaine qu’elle maîtrise. “Mais ce serait des sélections à la bouteille et non à la caisse”, précise-t-elle.