Emmanuel Macron se rendra à Londres en juin : “Le Brexit ne parviendra pas à éloigner nos destins”

macron vote europeennes 2019

Au lendemain de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne vendredi 31 janvier, Emmanuel Macron a décidé de s’adresser au peuple britannique. Dans une lettre ouverte publiée par le journal The Times, le président de la République français a entre autres exprimé sa tristesse. “Je dois vous dire, en tant qu’allié et, plus encore, en tant qu’ami et véritable européen, combien je suis profondément triste de ce départ”, a-t-il écrit, le qualifiant de “choc”, un “signal d’alarme historique” pour “l’Europe toute entière”.

Le chef de l’Etat a poursuivi, confiant qu’il pensait “aujourd’hui, aux millions de Britanniques – d’Angleterre, d’Écosse, du Pays de Galles et d’Irlande du Nord – qui se sentent toujours profondément attachés à l’Union européenne. Je pense aux centaines de milliers de Français au Royaume-Uni et aux Britanniques en France qui s’interrogent sur leurs droits et leur avenir”.

“Ouvrir un nouveau chapitre”

Emmanuel Macron a aussi souhaité être clair sur la position de la France lors des trois années de négociations pour arriver un accord de divorce. “J’ai tenu à défendre les principes existentiels du fonctionnement de l’Union européenne. Mais jamais un esprit de revanche ou de punition n’a animé la France et le peuple français ni, je crois pouvoir le dire, aucun peuple d’Europe”, a-t-il juré. Expliquant qu’il n’a dorénavant qu’un souhait, celui de construire une relation future durable entre la France et le Royaume-Uni et ainsi “ouvrir un nouveau chapitre, fondé sur la force de nos liens inégalés”.

Rappelant enfin que la France célèbre en 2020 le 80e anniversaire de l’Appel du 18 juin du Général de Gaulle, le président de la République a ainsi annoncé qu’il viendrait à Londres en juin pour remettre à la ville la Légion d’honneur, “en hommage à l’immense courage de tout un pays, de tout un peuple”. “La Manche n’a jamais réussi à éloigner nos destins, le Brexit n’y parviendra pas davantage”, conclut-il.