Vacances d’été : la France et le Royaume-Uni plancheraient sur un laisser-passer réciproque pour leurs citoyens

france royaume-uni plan vacances ete
Crédit : capture d'écran d'un point presse entre Boris Johnson et Emmanuel Macron en août 2019

C’est une information à prendre au conditionnel tant qu’elle ne sera pas confirmée par les principaux intéressés, mais si l’on en croit le quotidien britannique The Sun Boris Johnson et Emmanuel Macron plancheraient ensemble sur une nouvelle coopération : l’objectif est d’autoriser les Britanniques à passer leurs vacances d’été en France et aux Français de se rendre durant la période estivale sur la grande Île.

“Selon le plan directeur des deux dirigeants, tous les voyageurs pourront traverser librement entre la Grande-Bretagne et la France malgré de nouvelles restrictions strictes contre les coronavirus”, explique le journal dans un article daté du 11 mai. Toujours selon les informations du Sun, l’Irlande serait incluse dans la création de cette zone de voyages commune. Boris Johnson comme Emmanuel Macron espèreraient ainsi sauver la saison touristique 2020.

Malgré le Brexit ambiant (qui se poursuit malgré une actualité centrée sur la pandémie), la coopération entre la France et le Royaume-Uni résiste donc. Dernière preuve en date dimanche 10 Maud après l’allocution télévisée du Premier ministre britannique. En effet, Boris Johnson a prévenu qu’une quarantaine serait imposée à tous les voyageurs – peu importe leur nationalité – qui arriveraient en avion sur le sol britannique. A une exception près : les Français. L’accord avait été scellé un peu plus tôt dans la journée avec le Président de la République. Quelques jours plus tôt, la France avait quant à elle annoncé que si elles fermaient ses frontières avec les pays non européens, celles avec l’Union européenne, l’espace Schengen et le Royaume-Uni étaient maintenues.

Cependant, l’ouverture des trois pays (incluant donc l’Irlande) pour la saison estivale sera soumise à condition, rappelle The Sun. “Cela dépendra du taux de contamination ainsi que du nombre décroissant de cas”, écrit le journal. “Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais le Premier ministre et le Président estiment tous deux qu’un “travel corridor” est possible et souhaitable. Nous connaissons une situation assez similaire à la France en ce moment, donc garder le tunnel sous la Manche et les aéroports ouverts aux voyageurs ne devrait pas augmenter le risque pour nous”, aurait soufflé une source gouvernementale. Ce “couloir de voyage” ne serait également mis en place qu’à partir du 15 juin prochain, date à laquelle la France pourrait lever ses restrictions aux frontières (obligation d’une attestation de déplacement international dérogatoire).

Reste à savoir ce que pensera de ce plan les autres pays de l’Union européenne mais aussi les autres nations du Royaume-Uni, comme l’Ecosse qui déjà concernant les mesures de confinement n’est pas au même diapason que Downing Street.